Pages Navigation Menu

Le canyon de Colca, c’est plus fort que toi !

Le canyon de Colca, c’est plus fort que toi !

Un titre-hommage aux pubs de ma jeunesse pour Sega (pour les rares qui s’en souviendraient, le punk qui joue à la Megadrive dans une usine, des images et des jeux vidéos d’un autre temps !).


3ème et dernière journée du trek dans le canyon de Colca, enfin plutôt demi-journée. Je me suis bien reposé hier après-midi au bord d’une piscine au calme, avant de passer la soirée avec 2 jeunes Français rongés jusqu’à l’os (pour les plus jeunes lecteurs qui pourraient lire ce blog : « la drogue, c’est pas bien », à cataloguer au même niveau que « la guerre, c’est mal » et « la pauvreté dans le monde, c’est pas juste »).

Maintenant que je suis au fond de la gorge, c’est qu’il faut remonter tout ça! Je pars de l’hôtel vers 7h pour être au village en haut vers 10h max, heure à laquelle un bus devrait partir pour Arequipa.
3h, ça devrait le faire avec un peu de marge. Je peux m’estimer heureux car les groupes qui font ce tour sur 2 jours doivent partir presque 2h plus tôt, en prenant de l’avance pour ceux qui marcheraient très lentement.

Je débute cette lente remontée d’1km de dénivelé, quand même ! Et comme toute ascension, c’est naturellement un peu plus physique, il faut trouver son rythme pour ne pas trop multiplier les pauses. Pour l’instant, aucune fatigue et plus je monte, plus la vue sur cette vallée sera belle. Ça motive !
Au point de départ, les muliers attendent les pauvres touristes qui seraient trop fatigués ou pas assez motivés, ce qui n’est pas rare, moyennant quelques pesos. Mais c’est triché !

2013/12/CanyonColca_53
 
2013/12/CanyonColca_52
 
2013/12/CanyonColca_51
 

Le parcours se fait sans trop de difficulté, m’offrant de somptueux panoramiques sur toute la gorge au soleil levant, qui éclaire peu à peu la montagne et la vallée. Sur le flanc opposé, qui parait toujours aussi vertical, je distingue d’une part en chemin qui descend en zig-zag, que j’avais suivi hier pour atteindre l’oasis, et d’autre part une longue ligne horizontale, presque au sommet. Elle matérialise à un chemin de trek allant plus profondément dans le canyon. Oui car je n’ai réalisé que la partie la plus touristique et empruntée, mais il est possible de parcourir ce canyon encore beaucoup plus loin sur des dizaines de kilomètres.

Je me fais régulièrement dépasser par les mules portant des touristes bien à leur aise. Mais je trouve qu’on apprécie jamais autant une arrivée sans avoir dû faire quelques efforts pour l’atteindre.

2013/12/CanyonColca_50
 
2013/12/CanyonColca_49
 
2013/12/CanyonColca_48
 
2013/12/CanyonColca_47
 
2013/12/CanyonColca_46
 
2013/12/CanyonColca_45
 
2013/12/CanyonColca_44
 
2013/12/CanyonColca_43b
 
2013/12/CanyonColca_43
 
2013/12/CanyonColca_42
 
2013/12/CanyonColca_41
 
2013/12/CanyonColca_41b
 

 

10h : ça y est, la montée est terminée ! Dans les temps et pas trop de peine à y arriver, ça fait plaisir 🙂 Il me reste 30 minutes pour atteindre le village et espérer récupérer un bus. Je me perd un peu dans les champs pour le rejoindre et je suis de ce fait obligé de faire un très long détour. Tout ça m’amène au village un tout petit peu après l’heure fatidique. Encore un village tout en pierres, avec tout de même un peu plus d’animation que ceux que j’ai traversé dans le canyon, bien plus à l’écart du monde.

2013/12/CanyonColca_40
 
2013/12/CanyonColca_39
 
2013/12/CanyonColca_38
 
2013/12/CanyonColca_37
 
2013/12/CanyonColca_36
 

Je pensais avoir loupé le bus public mais il part finalement bien plus tard. La solution serait peut-être de reprendre comme à l’aller un mini-car de tour groupé qui est sur le point de partir et qui me ramènerait à Arequipa. Le retour n’est pas direct car les tours ont quelques autres activités post-trek mais par rapport au bus, c’est quasi-équivalent. OK, go !
Un 1er arrêt sur la route pour admirer la rivière en dehors du canyon. Et surtout les cultures en terrasse qui épousent complètement le relief des collines. Superbe !

2013/12/CanyonColca_34
 
2013/12/CanyonColca_33
 
2013/12/CanyonColca_32
 
2013/12/CanyonColca_31
 
2013/12/CanyonColca_30
 

La suite se compose d’arrêt dans quelques villages en amont du canyon, plus ou moins intéressants (moins que plus d’ailleurs). Mais c’est toujours l’occasion de voir un peu d’artisanat local et des lamas !

2013/12/CanyonColca_29
 
2013/12/CanyonColca_28
 
2013/12/CanyonColca_27
 
2013/12/CanyonColca_23
 
2013/12/CanyonColca_22
 
2013/12/CanyonColca_21
 
2013/12/CanyonColca_20
 
2013/12/CanyonColca_18
 

La pause suivante se fera près de la ville de Chivay, au bord de bains chauds auxquels je ne participerai pas (plus piscines que bains naturels). A la place, j’irai me relaxer sur un caillou au bord d’une rivière.

2013/12/CanyonColca_17
 

Le déjeuner se déroulera dans la petite ville de Chivay. Les personnes que j’ai rejoint dans ce mini-bus font parti d’un tour organisé et ont donc un repas compris dans un restaurant touristique. Ce n’est pas mon cas, je déjeune donc de mon côté avec me restes de sandwich, en me baladant dans les ruelles de cette petite ville et en complétant un peu par ce que je peux trouver dans le marché local.

La ville n’a rien de transcendant, mais je pourrai quand même faire quelques clichés d’une petite Péruvienne tellement mignonne et craquante ! Rien que pour cela, l’arrêt était justifié 🙂

2013/12/CanyonColca_16
 
2013/12/CanyonColca_12
 
2013/12/CanyonColca_11
 
2013/12/CanyonColca_10
 
2013/12/CanyonColca_09
 

 

Allez, un tout dernier arrêt sur un plateau d’altitude pour admirer pierres (toujours lui !) et alpaguas. A cette altitude (entre 3000 et 4000m), la faible végétation et l’impression d’isolement m’impressionnent toujours autant.

2013/12/CanyonColca_08
 
2013/12/CanyonColca_07
 
2013/12/CanyonColca_06
 
2013/12/CanyonColca_04
 
2013/12/CanyonColca_03
 

Avec ces quelques réjouissances, j’arrive en ville et à mon hostel en toute fin de journée. J’ai le temps de refaire mes sacs (certainement une des tâches les plus pénibles en voyage : faire et refaire ses sacs lors des treks).
Une petite prise de tête avec le gérant de l’hostel qui me réclame maintenant un prix plus élevé car j’étais seul dans une chambre plus grande que prévue, sauf que j’ai déjà payé. Trop forts ces Péruviens ! Il me fera même appeler son fils pour que je m’explique avec lui au téléphone. C’est là où ne pas tout comprendre aide un peu à s’en sortir.

Je file ensuite vers la gare de bus en attraper un à direction de Cuzco. En prévision : un bon trajet de nuit pour une arrivée aux aurores dans la capitable Inca. Une journée de « backpacker » classique somme toute 😉

 

Bilan du canyon de Colca : un très beau trek dans des paysages sublimes avec un temps parfait. Voilà ! Mis à part la 1ère après-midi où j’ai plus souffert de la montée que j’aurais pensé, surtout sur la fin, tout était extra.
Et je suis pleinement satisfait de l’avoir fait de mon côté et pas dans un groupe, libre d’aller où et quand je voulais. C’est pour moi de plus en plus un bonheur de marcher dans la montagne et ça m’émerveille toujours autant, voire plus. Même si je deviens plus exigeant, il faudrait être vraiment très difficile pour ne pas être ébloui par ces décors.

A rajouter à la (déjà longue) liste des lieux à revisiter un jour…

Il faut seulement que je trouve la définition exacte d’un canyon car à y penser, je trouvais finalement que ce lieu, aussi impressionnant qu’il soit, avait plus l’allure d’une longue vallée entre 2 flancs de montagne abruptes que l’image des canyons que j’avais en tête (notamment le Grand Canyon bien sûr).

Pour en finir, pour ceux qui seraient nostalgiques des images des 90s ou des jeux vidéos « 16 bits » (dire qu’on trouve 100 fois plus beau maintenant sur un téléphone !), vous trouverez le lien des pubs Sega ci-dessous. Ça a vieilli mais c’était finalement pas si mal réalisé et je les trouve avec le recul presque moins « cul-cul » que certaines pubs actuelles qui sont adressées à des adultes, au contraire de celles-ci.

 

Vous voulez en savoir plus ?

 

Où cet article a t-il été écrit ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *