Pages Navigation Menu

« Don’t cry for me Argentina… »

« Don’t cry for me Argentina… »

Un titre d’article repris du film “Eva” en hommage à celle qui reste éternelle aux yeux des Argentins : Evita “Eva” Peron (pas sûr d’ailleurs qu’ils aient tant appréciés que le rôle soit attribué à Madonna !).

Mais bref…En fait, c’est plutôt moi qui devrait pleurer puisque je quitte aujourd’hui définitivement ce grand pays (dans tous les sens du terme).

J’ai atterri il y a un peu plus de 3 mois à Buenos Aires et en quittant le territoire à de nombreuses reprises, pour l’Antarctique et le Chili, j’ai quand même dû passer ici presque 1 mois 1/2.

Et voilà, je finis le 1er des 4 pays que j’ai prévu de visiter en “AmSud”, le temps est passé à une vitesse inimaginable ! Et le Chili devrait emboîter le pas puisque Atacama y sera certainement ma dernière étape (pas encore certain, il est possible que j’y refasse un saut beaucoup plus au Nord depuis la Bolivie mais rien de bien fixé pour l’instant).

Globalement, j’ai suivi l’itinéraire que j’avais préparé, en passant évidemment plus ou moins de temps à certains endroits. J’ai zappé quelques lieux faute de temps (même sur un voyage au long cours, on ne peut pas tout voir et doit faire des coupes), mais je suis quand même passé par tous les “hotspots” ou “highlights” qu’il ne faut pas louper ici.

La quasi-totalité des “attractions” touristiques se trouvent à l’Ouest, le long de la Cordillière. A l’exception de Buenos Aires et Iguazu, au Nord-Est, il ne se passe pas grand chose sur la côte Est (seulement Puerto Madryn pour observer 1 semaine dans l’année des orques).

Et je peux dire que j’en aurais vu des merveilles et de la diversité : des chutes d’Iguazu aux glaciers de Patagonie, en passant par la région des lacs, et pour finir par le NOA !

 

Petit bilan intermédiaire : l’Argentine est d’abord un pays immense ! C’est bête à dire mais quand j’ai entendu des personnes qui voulaient en 2 semaines se rendre à Iguazu, puis Ushuaia et Salta, c’est une course contre la montre, même en avion !

Ce pays demande et mérite du temps pour qu’on le découvre et qu’on se rende compte de la diversité entre les différentes régions. Comment comparer la Patagonie au NOA ?

Pour ma part, en y repensant, je ne crois pas avoir eu une seule fois une déception d’un lieu ou d’une région.

Si jamais il fallait désigner un vainqueur, ce serait pour moi définitivement le NOA (Nord Ouest Argentin) que je viens de parcourir en voiture pendant plus d’1 semaine, vous l’auriez deviné d’après les articles je pense !

Bien sûr, les montagnes de Patagonie sont sublimes, mais peuvent rappeler de loin des paysages connus.

Mais tout ce que j’ai vu la semaine dernière était complètement inédit et semblait parfois sorti d’un autre monde. Impossible de retrouver cela en Europe, j’étais vraiment subjugué. Un “coup de coeur” pour tout le NOA !!!

Et contrairement à la Patagonie ou encore plus à Buenos Aires, où je n’ai pas ressenti un réel choc de culture, tant dans les traits habitants que de la manière de vivre, tout a changé à partir de Salta.

On n’est pas loin de la Bolivie et cela se rapproche de l’image que je me faisais des Andes : des habitants plus typés, plus de traditions et coutumes, les montagnes de plus en plus imposantes et désertiques, l’altitude de plus en plus élevée.

L’Argentine est un pays où je reviendrai certainement, pour trekker encore aux alentours de Bariloche ou d’El Chalten (et voir comment cette ville va évoluer), et pour de nouveau rester bouche-bée à chaque virage, chaque montagne, en voiture dans le NOA !

 

Mais assez blablaté, retour au concret : notre bus est à 9h à Jujuy et nous devrions arriver en toute fin de journée à San Pedro de Atacama au Chili.

Je continue seul avec Ruth, Dino part vers Buenos Aires et de toute façon on se quitte sans se dire au revoir. Comme ça, c’est fait !

Ruth connaît déjà “SPA” (San Pedro de Atacama) puisqu’elle s’y est arrêtée en redescendant depuis la Bolivie pour rejoindre la Patagonie (elle a commencé en Equateur, est descendue à Ushuaia, et comme moi est remontée par la Patagonie).

Heureusement qu’elle n’était pas passé par Salta et le NOA qui était inédit pour elle !

Si elle retourne à Atacama une 2ème fois, comme Valparaiso, c’est que ça doit quand même valoir le coup. Je suis impatient de voir ça…

 

Comme souvent pour les trajets de jour, nous traversons des paysages incroyables. Encore plus que précédemment puisque c’est cette région que j’ai tant adoré. Nous reprenons la même route que nous avions prise juste après l’accident avec le Lama, en passant par les Salinas Grandes.

Sauf que cette fois-ci, nous continuons plus loin vers Susques et au-delà, jusqu’au passage “Jama” marquant la frontière avec le Chili.

C’est une collection de cols, déserts et de montagnes désertiques incroyables qui défilent, toujours aux alentours de 4000m, le road-trip n’est peut-être pas fini !!

2014/01/Trajet-NOA-Atacama33
 
2014/01/Trajet-NOA-Atacama31
 
2014/01/Trajet-NOA-Atacama29
 
2014/01/Trajet-NOA-Atacama28
 
2014/01/Trajet-NOA-Atacama26
 
2014/01/Trajet-NOA-Atacama24
 
2014/01/Trajet-NOA-Atacama22
 
2014/01/Trajet-NOA-Atacama21
 
2014/01/Trajet-NOA-Atacama20
 
2014/01/Trajet-NOA-Atacama19
 
2014/01/Trajet-NOA-Atacama18
 
2014/01/Trajet-NOA-Atacama17
 
2014/01/Trajet-NOA-Atacama16
 

Ce dernier passage de frontière dans ce sens se fait sans encombre, les Chiliens étant toujours paranos sur les denrées alimentaires, même sur des passages de frontière terrestre depuis m’Argentine !

Et voilà : “Ciao Argentina…o quizas solamente hasta luego ?”

2014/01/Trajet-NOA-Atacama16
 
2014/01/Trajet-NOA-Atacama10
 
2014/01/Trajet-NOA-Atacama11
 
2014/01/Trajet-NOA-Atacama12
 
2014/01/Trajet-NOA-Atacama15
 

Côté Chilien, ce sont les mêmes types de paysages jusqu’à notre point de chute (les reflets de la vitre gâchent malheureusement un peu les photos) :

2014/01/Trajet-NOA-Atacama09
 
2014/01/Trajet-NOA-Atacama08
 
2014/01/Trajet-NOA-Atacama07
 
2014/01/Trajet-NOA-Atacama06
 
2014/01/Trajet-NOA-Atacama05
 
2014/01/Trajet-NOA-Atacama04
 
2014/01/Trajet-NOA-Atacama03
 
2014/01/Trajet-NOA-Atacama02
 
2014/01/Trajet-NOA-Atacama01
 

 

On s’est réservé un hostel tenu par 2 Français, sur les conseils de différentes personnes que j’avais croisé (des Français surtout), car ils travaillent avec un guide qui organise des excursions à l’opposé des tours classiques. On devrait passer 4-5 jours ici, le temps de visiter des vallées désertiques, des geysers, faire du Sandboard, observer les étoiles et planètes au téléscope :-)

Les journées à venir devraient être encore d’un très bon niveau ;-)

 

Vous voulez en savoir plus ?

 

Où cet article a t-il été écrit ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *