Pages Navigation Menu

Nouvelles balades « Cuzquiènes »

Nouvelles balades « Cuzquiènes »

Oui, ça va commencer à être compliqué de trouver des titres originaux car je m’installe durablement à Cuzco et les journées filent et se ressemblent ! Je n’y fais pas grand chose, à part me promener tranquillement pour découvrir de nouveaux coins ou repasser aux endroits déjà connus et appréciés comme la Place des Armes. Et c’est ça qui est bien 🙂
Je me plais définitivement dans cette douce ville et ancre bien mes petites habitudes, surtout au marché : le stand des jus de fruit, incontournable pour le petit déj, puis quand je peux une assiette pour le déjeuner bien chargée avec les locaux.
Et plus que visiter des lieux emblématiques, j’aime observer des scènes du quotidien, encore une fois assez souvent autour du marché avec tous ces vendeurs de jus de fruits et légumes, de glace, de canne à sucre. C’est ça les Andes !

2013/12/Cuzco_158
 
2013/12/Cuzco_157
 
2013/12/Cuzco_156
 
2013/12/Cuzco_154
 
2013/12/Cuzco_153
 
2013/12/Cuzco_152
 
2013/12/Cuzco_151
 
2013/12/Cuzco_150
 
2013/12/Cuzco_149
 
2013/12/Cuzco_148
 
2013/12/Cuzco_146
 

Ah si, je complète quand même la liste des lieux à visiter en ville, avec le petit musée du chocolat, un incontournable ! C’est l’occasion d’avoir quelques explications sur la production chocolatière du pays, une des 1ères au monde, et aussi l’occasion de goûter un petit choco-chaud, ainsi qu’un thé parfumé au chocolat…ça ne fait jamais de mal 😉
2013/12/Cuzco_145
 

Puis de nouveau balades autour des lieux « stratégiques » comme la Place des Armes. J’adore toutes ces rues pavées qui peuvent rappeler en style des villes Européennes, les 2 églises qui se font face sur la place, et la statue dorée de Manco Capac.

2013/12/Cuzco_144
 
2013/12/Cuzco_143
 
2013/12/Cuzco_141
 
2013/12/Cuzco_140
 
2013/12/Cuzco_137
 
2013/12/Cuzco_128
 
2013/12/Cuzco_158
 

Je complète justement ma connaissance de la ville par la cathédrale que je n’avais pas encore visité (j’avais fait l’église « de la compagnie de Jesus » en face). Une visite en audioguide très intéressante et un intérieur baroque somptueux (bon, il faut aimer le clinquant !). Mais pas de photo de l’intérieur évidemment 🙁

2013/12/Cuzco_135
 
2013/12/Cuzco_133
 

Parmi toutes les ruelles de Cuzco, l’une d’entre elle est célèbre pour son oeuvre de maçonnerie Inca : un ancien mur de pierres encastrées entre elles sans ciment d’une finesse inouïe (la légende raconte qu’il est même impossible d’y glisser une feuille de papier). Et une des pierres sur ce mur est unique et la plus célèbre de tout l’empire car possédant 12 angles, représentant les 12 mois de l’année ! Oui, comme on se l’imagine, la civilisation Inca est remplie de symboles de ce genre. Tout comme la forme de la ville de Cuzco qui est censée représenter un puma vu de haut.

2013/12/Cuzco_132
 
2013/12/Cuzco_131
 
2013/12/Cuzco_130
 

Et enfin, quelques commerces types de la ville : les restaurants de poulet typiques à un prix défiant toute concurrence (avec poulet entier au menu, « oh…que rico !!! »). Et aussi les posters de la chanteuse Julieta Venegas, dont on avait écouté en boucle la chanson « Limon y sal » en cours d’Espagnol en Bolivie ! Et enfin les salons de coiffure bric-à-brac qui s’enchaînent dans la rue de l’hostel.

2013/12/Cuzco_139
 
2013/12/Cuzco_138
 
2013/12/Cuzco_126
 
2013/12/Cuzco_125
 

En parlant de coiffeur, tiens tiens…il est plus que grand temps que j’y aille :

 

 

Pour finir sur une note organisationnelle, je me suis décidé sur le trek à venir. Ce sera donc le Salcantay sur 4 jours + 1 journée de visite au Machu Picchu. L’autre option Choquequario + Salcantay que j’envisageais est trop coûteuse ou trop compliquée. Ce sera très bien déjà comme ça !

Et pour l’agence, après avoir fait un petit tour et trouvé une large gamme de tarifs, comme une large palette de type d’agences (je sais pas pourquoi, certains ne m’inspiraient vraiment pas confiance), je vais finalement passer par celle qui m’a été recommandée par le gérant de l’hostel.
Il y travaillait comme guide avant de monter son business. Le prix est très intéressant, plutôt dans la fourchette basse (250$ US) et au moins, il a l’honnêteté de me prévenir que ce n’est ni la meilleure, ni la pire !
Et surtout qu’il est inutile de mettre plus cher car toutes les agences se retrouvent au final dans les mêmes camps et quasi dans les mêmes conditions. Seule la nourriture peut être éventuellement meilleure lorsqu’on paye plus, et encore. En tout cas, niveau quantité, il y aurait apparemment largement de quoi faire.

Dernière info : il me prévient d’emblée que je serai dans un grand groupe, en moyenne 15 personnes. Idem, les agences plus coûteuses « promettent » des petits groupes, jusqu’au matin du départ où bizarrement, ils se retrouvent aussi à 15 car il y a eu un guide manquant ou autre excuse du genre (j’ai souvent trouvé ce type situation relaté dans des forums).
Donc comme ça, je suis fixé et pour ce prix, je ne pourrai avoir aucune déception ou aucun regret !

Voilà une bonne chose de faite ! Je peux partir manger l’esprit et l’estomac légers. Ce dernier sera comblé par une bonne brochette de poulets dans un de ces restos spécialisés dans le « pollo » qui les servent entiers pour 3 fois rien, accompagné de frites bien sûr. Entre ça et les pizzas (une bonne pizzeria à 2 pas de l’hostel, ça ne se loupe pas), on ne peut pas dire que ce soit de la haute gastronomie. C’est plutôt gras, lourd mais pas trop cher. Il y a forcément mieux dans un des pays Andin les mieux reconnus pour sa scène culinaire, mais ça ne rentre pas toujours dans le budget backpackers.

En parallèle des restaurants, la ville regorge de bars et clubs où jouent des groupes ou simplement de la musique latine pour danser. Une super ambiance que je découvre ici 🙂 Je prend du coup bien mon rythme nocturne : dîner, petite sieste à 22h en écoutant le dernier album des Daft Punk (LA révélation de l’année pour moi, déja un classique, un must, une claque !) puis sortie vers minuit/1h (ne pas oublier que tout se fait plus tardivement dans les pays latins). Et je commence même à reconnaître quelques classiques locaux. Alors : Cuzco, « the place 2 be » au Pérou ? Définitivement !

 

Vous voulez en savoir plus ?

 

Où cet article a t-il été écrit ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *