Pages Navigation Menu

Des éléphants bleus ? Non, des dauphins roses !

Des éléphants bleus ? Non, des dauphins roses !

Dernière 1/2 journée dans la pampa. Nous avons vécu des journées exceptionnelles, notamment les 2 derniers jours avec des couchers et levers de soleil magnifiques, l’observation des alligators de nuit, la chasse aux anacondas et la pêche aux piranhas. Eh oui ! Et pour terminer cette étape de la jungle de bonne humeur, rien de mieux qu’un peu de musique surtout quand ça colle complètement avec le lieu…ou pas !?

Avant cela, on s’était fait une mini session Aznavour et Goldman. Ça fait toujours du bien de réécouter des classiques très loin. D’ailleurs, je me surprend à écouter sur deezer des musiques qui n’étaient pas vraiment dans mon répertoire avant comme un peu de Brel ou Piaf. Et j’ose l’avouer, j’ai découvert et je suis devenu fan de Barbara (Les voyages, Gottingen, Dis quand reviendras-tu ?, Une petite cantade, …), une voix et une émotion bien particulière. Mal du pays…ou je prend de l’âge ??!!

 

Bref, après avoir débusqué hier un anaconda et pêché, ou presque, des piranhas, je ne pensais pas que l’on puisse encore nous gaver de rencontres uniques.

Et bien je me trompais une fois de plus ! Puisque ce matin, nous allons tenter d’approcher au plus proche une des espèces habitant ces rivières : les dauphins roses. Alors, bien sûr, tout le monde s’imagine déjà parcourir des centaines de mètres accroché à l’aileron du dauphin, comme dans “Le Grand Bleu” ou “Flipper”.

Faut pas rêver non plus, nager et les sentir à proximité sera déjà énorme. Et on ne pense surtout pas à toutes les autres bestioles un peu carnivores qui peuplent aussi la rivière et qu’on a pu largement observer ces derniers jours !

Résultat des courses : tous les groupes se retrouvent à peu près au même endroit. Mais ce n’est pas non plus l’usine et le plus important, cela n’empêche surtout pas les dauphins de nager parmi nous. Ils sont très rapides et impossible à voir sous l’eau, trop trouble. On peut par contre les sentir parfois nous effleurer en passant.

2014/01/Rurrenabaque-Pampa_12
 
2014/01/Rurrenabaque-Pampa_11
 
2014/01/Rurrenabaque-Pampa_09
 
2014/01/Rurrenabaque-Pampa_08
 
2014/01/Rurrenabaque-Pampa_07
 
2014/01/Rurrenabaque-Pampa_06
 

Encore un beau moment magique :-)

Maintenant, il faut songer au retour malheureusement. On reprend chercher nos affaires au camp, on y déjeune très tôt et c’est reparti pour la session maintenant classique bateau/voiture.

2014/01/Rurrenabaque-Pampa_05
 
2014/01/Rurrenabaque-Pampa_04
 

En partant à l’heure du déjeuner, ça nous fait arriver en fin d’après-midi à Rurrenabaque.

Comme à l’aller, on retrouve notre chauffeur/DJ qui change de musique toutes les 30 secondes. On rentre sous une pluie battante, en slalomant entre les trous sur la route. Un moment assez folklo !

 

Arrivés en ville, on s’organise pour pour ne pas perdre de temps. Julien et moi, on va à la recherche d’un hostel pas cher pour la nuit tandis que les filles récupèrent leurs affaires laissées à l’agence.

On a juste assez de temps pour acheter notre billet d’avion pour le lendemain en direction de La Paz. On a goûté aux joies du bus et de ses 16-18h à l’aller alors on fait comme tout le monde, on prend l’avion au retour pour gagner du temps. Vu que le vol coûte dans les 50€…

Demain, c’est donc une journée de transport qui nous attend, entre l’avion pour atterrir à La Paz puis un bus dans la foulée pour nous rendre sur les rives du lac Titicaca.

 

Bilan de cette virée de 5 jours dans la jungle : un excellent moment bien à part pendant ce voyage. Une sorte de pause intemporelle où l’on se trouve immergé dans la nature profonde, loin de tout. Quel bien fou ! Et aussi une grande variété entre l’exploration de la forêt vierge, ses bruits mystérieux, puis les sensations plus fortes dans la Pampa en approchant des crocodiles, des serpents, des poissons carnivores.

Ça restera un excellent souvenir de ce voyage avec ce petit groupe qui fonctionne si bien depuis quelques temps. Et une expérience à renouveler à l’avenir dans la jungle, peut-être dans d’autres pays voisins ? (tous ont un pied dans l’Amazonie : la Bolivie, le Pérou, l’Equaeur, la Colombie, le Brésil bien sûr).

Maintenant, c’est de nouveau un changement radical de décor qui nous attend en même pas 24h : passer de la jungle aux rives du lac le plus haut du monde ! C’est ça la Bolivie, j’adore :-)

 

Vous voulez en savoir plus ?

 

Où cet article a t-il été écrit ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *