Pages Navigation Menu

A la découverte de Sucre

A la découverte de Sucre

1ère journée à Sucre. On y va plutôt tranquille pour découvrir cette ville, la capitale institutionnelle du pays. Chacun a des petites idées sur la suite, il faut que tout ça s’organise. De mon côté, vu que la ville a l’air assez agréable, il est possible que j’y reste une petite semaine…pour prendre des cours d’Espagnol !

C’est Virginie qui a commencé à suggérer cette idée hier dans le bus et qui insistait ! Je n’y pensais pas trop, j’ai toujours envie de voir tellement de choses.

Mais finalement, je me dis que se poser ici quelques jours ne ferait pas de mal. Mieux vaut Sucre qu’Uyuni ! Quelques notions d’Espagnol ne seraient pas du luxe.

Et souvent, les formules proposées permettent de loger dans une famille. Ça m’intéresse pour découvrir un peu plus la vie des locaux. Donc pourquoi pas ?

Cela fait maintenant presque 3 mois que je suis en Amérique du Sud et je dois avouer que je n’ai pas beaucoup évolué en Espagnol. Je n’ai pas trop fait d’effort pour cela mais en même temps, vu que quasi tout le monde parlait Anglais en Argentine et au Chili, je n’y étais pas forcé.

En Bolivie, c’est différent, il faudra certainement s’y mettre un peu plus. Mais encore une fois, en voyageant en groupe avec d’autres parlant très bien, difficile de progresser. Le meilleur moyen pour cela serait de voyager complètement seul dans un endroit où personne ne parle Anglais, là je pense que ça viendrait plus rapidement !

Les écoles d’Espagnol sont légion à Sucre, c’est un lieu connu pour cela et très économique. On fait donc un petit tour avec Virginie et on opte finalement pour la “Sucre Spanish School”, qui a l’air d’être un bon établissement et pas trop cher (environ 3€/h par personne pour un cours quasi privé, juste Virginie et moi).

Et il y a une famille pas trop loin qui serait disponible, top ! Les cours débuteraient samedi, pour une petite semaine. On est ultra motivés !

Du coup, Ruth qui avait pris au début de son séjour 3 semaines de cours en Equateur, décide aussi de se reprendre 1 semaine de cours de perfectionnement, en logeant aussi dans une famille.

Julien & Laura quant à eux passeront quelques jours ici, un peu moins que nous certainement, et se dirigeront ensuite sur La Paz.

 

Et voilà, le programme de la semaine à venir est maintenant bouclé pour tous !

Fait marrant à notre hôtel : je recroise par hasard un couple de Français aperçus de loin à Caleta Tortel, au fin fond du sud Chilien. Toujours étonnant de recroiser des visages à plusieurs milliers de kilomètres de distance et plusieurs mois plus tard. Et vu le nombre de touristes se rendant à Tortel, c’est vraiment étonnant de se revoir ici en Bolivie !

Au sujet aussi de cet hôtel, on découvre la sympathie des commerçants Boliviens ! Un des gérants est assez désagréable à tout point de vue (par ex, la cuisine qui ferme à 21h, super pratique pour faire à dîner !).

J’avais rencontré des voyageurs qui avaient trouvé les Boliviens pas vraiment accueuillants et chaleureux, pour ne pas dire pire, principalement chez les commerçants. Je l’avais oublié mais ça m’est vite revenu en mémoire en cotoyant les responsables de l’hôtel. J’espère qu’ils ne seront pas tous comme cela.

En fin de journée, on se dirige tous à la “fête au chocolat” :-) On était déjà passé devant hier mais on avait pas eu le temps d’en profiter. Là, on est tous présents pour des dégustations de chocolat à différents stands, notamment une liqueur dans un verre à shot en chocolat :

 

Un pâtissier français fait également de très bonnes crêpes et possède une pâtisserie en ville, “à la française”. Le genre d’établissements qui cartonnent bien.

J’ai ensuite été très très lâchement poussé par mes compères pour participer à une animation publique et remporter un petit sac de chocolats. Super ! Je n’ai pas fauté, heureusement, c’aurait été la honte !!! Mes chaussures seront par contre à nettoyer :

 

Et pour le programme de la soirée, une fois n’est pas coutume, ce sera un film. Ça fait tellement longtemps que j’en ai pas vu. Bon, pas au cinéma mais dans un des bars-restos du centre et pour voir un reportage qui va nous parler à Laura, Julien et moi (les autres passeront leur chemin d’ailleurs) : les mines d’argent du Cerro Rico à Potosi.

Il s’agit du reportage “Devil’s miner”, édifiant, choquant et terrifiant avec comme narrateurs 2 enfants qui travaillent dans la mine. A voir absolument pour avoir une meilleure idée de la vie des mineurs à Potosi (peut-être disponible sur Internet ?).

 

Vous voulez en savoir plus ?

 

Où cet article a t-il été écrit ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *