Pages Navigation Menu

La Paz, l’autre capitale Bolivienne

La Paz, l’autre capitale Bolivienne

Changement de décor, d’ambiance, de style, bref de tout, en passant de Sucre à La Paz. Sucre, la capitale constitutionnelle, était une ville possédant un charme certain avec ses nombreuses églises et monuments de style colonial. Assez grande, on pouvait trouver de nombreux endroits au calme pour s’échapper de la foule.

La Paz, la capitale administrative, est toute autre : ma 1ère impression est que ça grouille littéralement de partout, aussi bien sur les trottoirs que sur la chaussée. Et on ne peut pas dire que les constructions soient particulièrement esthétiques.

Toujours avec Virginie et Ruth, nous sommes arrivés ici ce matin tôt après un trajet en bus de nuit. On comprend très vite qu’on est dans la capitale la plus haute du monde, aux alentours de 4000m, car on se gèle bien à la sortie du bus.

Et il a fait très froid aussi dans le bus, on a quand même eu du givre sur les vitres…à l’intérieur ! Et manque de bol, j’avais oublié de prendre avec moi ma polaire qui est restée dans mon gros sac en soute. Donc dans l’immédiat, je ne rêve que d’une chose : un bon chocolat chaud ! On se trouvera justement un petit café plus tard agréable pour déguster un bon petit déjeuner avec boisson chaude, toasts, jus d’orange…le rêve !

On s’est réservé un hostel proche du terminal. La ville est très étendue, on verra si on pas trop loin du centre. Pour une fois, c’est un établissement dans la catégorie “party hostel” : des soirées sont organisées presque tous les soirs dans le bar au dernier étage, très agréable et d’où on a une belle vue sur la ville.

Pas sûr qu’on en profite beaucoup, on l’a plutôt choisi pour le tarif et le verre de bière offert chaque soir :-) (la concurrence est rude entre hostels, il faut bien trouver des avantages pour appater les backpackers, et ça marche !)

Bon, et le programme du jour alors ? Eh bien, c’est une journée classique d’arrivée dans une ville : repos du trajet de nuit et organisation des jours à venir. Nous ne devrions pas rester trop longtemps ici, on a prévu d’y retrouver Laura & Julien cet après-midi (ils sont ici depuis une petite semaine pendant que nous étions en plein perfectionnement de notre Espagnol).

On devrait certainement enchaîner sur un tour dans la jungle tous ensemble.

 

Mais dans l’immédiat, on doit s’occuper d’une tâche inédite pour moi depuis le début du voyage : trouver un hôpital. Pourquoi ? Rien de trop grave mais Virigine s’est fait mordre à la fesse par un chien hier en fin de journée à Sucre alors qu’on se baladait ensemble.

Dans ces cas-là, on pense tout de suite à la rage. A ce sujet, je m’étais fait vacciner (Virginie aussi) ce qui permet de bénéficier de 5 jours de répit avant de se faire une injection. Sans le vaccin, le délai est réduit à 48h et au-delà, eh bien c’est l’au-delà justement qui vous attend direct. Oui, on rigole pas vraiment avec la rage !

Et dans ces pays, trouver un hôpital ou un centre de vaccination en 2 jours peut être très problématique dans certains coins reculés. Donc je n’avais pas trop hésité sur le vaccin. J’ai rencontré pas mal de Canadiens ou d’Américains qui ne l’avaient pas fait à cause du coût très élevé pour eux (plusieurs centaines d’euros).

J’avais croisé d’ailleurs une Canadienne à Mendoza qui s’était faite mordre violemment et n’était pas vacciné. On peut dire qu’elle n’a pas passé des jours très tranquilles le temps de trouver un hôpital où se faire faire une injection.

Revenons à notre cas présent. Pour nous, il s’agit plus pour avoir un avis par précaution pour Virginie car elle n’avait pas eu de trace de morsure, juste de la bave sur son pantalon.

Et tant qu’à se rendre dans un hôpital tous ensemble, je vais aussi en profiter pour faire un rappel de vaccin qui tombe tout juste à ce moment-là. J’avais gardé dans un coin de ma tête de faire ce rappel durant le voyage si je trouvais facilement un centre de vaccination. Sinon, ce n’était pas dramatique, ça aurait pu attendre mon retour d’après le médecin en France.

On part donc à la recherche d’un centre anti-rage. L’adresse mentionnée dans le Lonely Planet, toute proche de notre hostel, n’est évidemment plus d’actualité. Encore merci le Lonely pour les mises à jour !

Il faut se rendre à l’opposé de la ville, super ! Mais autant le faire dès notre arrivée, on ne sait jamais à quelle heure ça ferme et demain, c’est dimanche.

Heureusement, elle est prise en charge rapidement par une infirmière qui lui fait un mini checkup assez drôle (poids et taille plus qu’approximatifs !) puis elle aura finalement son injection anti-rage. Avec le droit de revenir en 2ème saison dès demain pour une autre piqure.

Tout va bien donc, le risque était minime vu les conditions mais la voilà rassurée.

2014/01/LaPaz-passage1_77
 

Quant à moi, il faut que je me rende dans un autre centre pour mon rappel de vaccin. Je suis bon pour me prendre un taxi pour y aller. Ca se déroule ensuite assez rapidement, j’étais juste étonné de voir qu’un homme en survêtement et que j’aurais plutôt pris pour un balayeur était en fait le médecin !

Retour à l’hostel où je retrouve Ruth et Virginie pour aller manger un bout.

On devait retrouver Laura plus tard dans l’après-midi mais elle arrive finalement plus tôt que prévu à notre hostel et on se dirige donc tous les 4 vers le marché.

Comme à Potosi, ce sera une bonne soupe dans une des échoppes du marché. Toujours local, pas cher et bon alors pourquoi faire autrement ?!

2014/01/LaPaz-passage1_76
 

Et l’après-midi, on ira se balader un peu avec Ruth en tombant par hasard sur une fête religieuse et une procession d’habitants en grande tenue et couverts de confettis. Difficile de savoir de quelle fête il s’agit vu qu’il y en a tout le temps ici. Et ça continue demain apparemment.

2014/01/LaPaz-passage1_74
 

 

Et vu qu’on a un bien un peu marché, je m’offre un petit plaisir culinaire pas vraiment local pour recharger les batteries. OK, j’aurais très bien pu m’en passer…j’ai craqué !!!

 

Et le soir, on retrouve mes 3 compères (commères ?) pour un apéro au bar de l’hostel, il faut bien profiter de ce verre de bière offert. Enfin pas pour moi car avec mon rappel de vaccin, pas d’alcool pendant quelques jours apparemment.

2014/01/LaPaz-passage1_73
 

On dîne ensuite dans un très bon restaurant tenu par un français : La Comédie. Une gastronomie un peu plus fine que la moyenne dans un beau cadre, on se fait plaisir !

Je ne suis qu’avec les filles aujourd’hui, Julien est en ce moment même tout près de La Paz, à 5200m d’altitude sur la montagne “Huana Potosi”. Il devrait atteindre le sommet demain matin et être de retour dans l’après-midi. Il pourra nous donner ses impressions qui m’intéressent grandement puisque c’est aussi une activité à laquelle je pense depuis des mois et qui devrait se concrétiser dans quelques jours j’espère.

Demain, de nouveau balade pour découvrir un peu plus cette ville tentaculaire !

 

Vous voulez en savoir plus ?

 

Où cet article a t-il été écrit ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *