Pages Navigation Menu

Journée de repos à El Chalten

Journée de repos à El Chalten

1er jour à El Chalten. Mon objectif de la journée : trouver un autre hostel (beaucoup) moins miteux. C’est chose faite 150m plus loin. Je reste pour l’instant avec le Suédois et l’Allemand rencontrés la veille. Mon compagnon de trek du Torres, Daniel, va faire un trek de 4 jours.
Quant à moi, je n’ai envie de rien faire aujourd’hui, j’ai besoin de me poser un peu : une journée « off ». Avec ce beau temps, tout le monde part pour une des nombreuses ballades dans les environs. J’ai envie de prendre mon temps pour organiser mon séjour à El Chalten et la suite : est-ce que je fais aussi une boucle de 3-4 jours (toujours en louant le matériel de camping, un peu coûteux) ou plutôt des randonnées à la journée ?

Et surtout pour la suite, quelle prochaine destination ? Lors de la préparation de mon voyage, El Chalten marquait une étape à partir de laquelle je pouvais soit continuer en Argentine, soit repasser au Chili. La route 40 (Argentine) ou la Carretera Austral (Chili) ?
La plupart des gens remontent par l’Argentine jusqu’à la ville de Bariloche : 25-30 heures de bus sur la route 40…le calme plat pendant 1,5 jours ! L’autre option, un peu moins touristique consiste à se rendre au Chili en 1-2 jours à pied, bateau et éventuellement bus.

Je m’étais déjà posé cette question lors de la préparation mais j’avais finalement abandonné cette option via le Chili qui me paraissait plus compliqué et coûteuse en temps : il faut prendre obligatoirement un bateau qui ne passe qu’une fois par semaine. En l’occurrence  samedi prochain, dans 6 jours. Et je me voyais aussi mal marcher toute une journée avec mon gros sac. Mais maintenant que j’ai fait le Torres avec 25kg, je sais que c’est largement possible.

 

J’hésite, je fais quelques recherches pour voir si ça vaut le coup…Sachant que même si je remonte du côté Argentin, il faudra de toute façon que je repasse au Chili dès que possible, et bien avant Bariloche, pour me rendre à ma prochaine étape : l’île de Chiloé.

En attendant, j’en profite pour échanger des nouvelles par mail tranquillement depuis l’hostel (la connexion Internet est catastrophique !) et 1er petit coup de blues en me retrouvant seul ici et en ayant des nouvelles de Paris, qui me semble déjà si loin.

Bon, je me décide : l’option Chili me tente bien, la ballade a l’air très jolie et c’est surtout beaucoup plus original comme passage de frontière ! Et j’ai de quoi m’occuper jusque là avec toutes les possibilités de randonnées dans le coin. Je vais finalement faire des ballades à la journée, en rentrant dormir à l’hostel le soir. J’épargnerai ainsi mes épaules, et un peu de sous aussi.
Il faudrait que je parte jeudi matin pour être à temps au bateau samedi, en dormant jeudi et vendredi soir en refuge . C’est dans ce genre de situation où le matériel de camping m’aurait simplifié la tâche et aurait été plus économique.

 

Mission accomplished, je peux me balader tranquillement en ville. El Chalten est une toute petite ville où il y règne une atmosphère particulière très relax, un peu hippie-baba-cool.

S’y côtoient à la fois les touristes comme moi venus faire de petits treks, et les vrais mordus d’escalade, qui viennent se confronter à des sommets parmi les plus difficiles au monde. Avec comme point d’orgue : le majestueux Fitz Roy.

D’ailleurs, c’est une ville nouvelle. Elle n’a été créée qu’en 1985 et a été disputée entre l’Argentine et le Chili, pour sa position « stratégique », au Nord du parc Los Glaciares et sa proximité avec le Fitz Roy. La ville est déjà assez touristique, mais rien de comparable pour l’instant avec El Calafate. On y trouve de nombreuses boutiques d’équipements, quelques restaurants, 2-3 bars, 4 minuscules supermarchés (jamais vu des supermarchés aussi mal achalandés  on se demande comment font les locaux pour manger autre chose que du riz, des pâtes ou de la viande). Et depuis 3 ans, un distributeur ! Mais toujours pas de banque, ce qui fait que rendre la monnaie aux supermarchés est en général compliqué et les prix sont arrondis pour simplifier, généralement à la baisse pour une fois.

On sent que tout continue à se développer très vite : certaines rues sont pavées, d’autres ont encore un air de far west, et ça construit de partout. En résumé, une ville en plein essor qui ne sera vraisemblablement plus du tout la même dans quelques années. Je suis content d’être présent maintenant, avant que tout ne soit trop transformé.

 

 

Le soir, repas à l’hostel avec mes 2 nouveaux collocs (Suédois et Allemand). Ce lieu est assez étrange, il y a peu de touristes et tout le monde a l’air de bien se connaître, c’est une ambiance plutôt familiale.
Parmi les personnes qu’on rencontre, un français me parle de son expérience d’escalade sur glacier. Ca a l’air bien tentant, bien qu’un peu cher (mais sûrement moins qu’en France). A voir, why not ?

Et comme on est samedi et qu’en plus, on est en plein pendant le festival du trekking, l’animation du soir est toute trouvée : concert d’un groupe de rock assez connu en Argentine apparemment. Dans la salle municipale, ça peut être marrant ??!!

 

Vous voulez en savoir plus ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *