Pages Navigation Menu

Quelque sensations fortes en hydrospeed

Quelque sensations fortes en hydrospeed

Aujourd’hui, je vais enfin pouvoir profiter un peu plus de la région de Puerto Varas et d’un de ses attraits principaux : les rivières. Avec l’Allemand rencontré il y a 2 jours,
nous voulions faire une petite descente en rafting. Mais pas assez de participants, on se rabat du coup sur de l’hydrospeed, ce qui n’est pas plus mal.

J’en ai déjà fait il y a bien longtemps sur la Dranse (entre Thonon et Morzine) et pour avoir testé aussi le rafting et le « hotdog » (petit bateau pneumatique à 2), c’est bien l’hydrospeed le plus impressionnant. Ca me convient parfaitement !

Le principe de l’hydrospeed ? Dévaler des rapides directement dans l’eau, accroché à un flotteur permettant de se diriger et se protéger.
La rivière Pétrohué sur laquelle on va évoluer est d’un niveau débutant-intermédiaire.
Après quelques explications par un Français confirmé en kayak qui accompagne le guide, nous voici partis dans l’eau assez froide (avec les combis et en remuant, on a chaud en 30 sec).
Pendant un peu moins de 2h, on alterne entre les rapides puis les phases plus calmes. La 1ère grosse vague dans la face surprend un peu, on s’y habitue ensuite. C’est assez physique, on bat tout le temps des jambes.

Bilan : de très bonnes sensations fortes, plus qu’en rafting, du moins sur cette rivière. De mémoire, j’avais été plus impressionné sur la Dranse mais c’était à la fonte des neiges et je pense que le guide a l’époque était moins à cheval sur les consignes de sécurité !

Mais le cadre ici est incomparable, avec le volcan Osorno et son cône couvert de neige.
Malheureusement, je n’avais pas pris pendant la descente ma gopro, de peur de la perdre dans l’eau, donc pas de matière pour cet article 🙁 J’aurais finalement pu, ils avaient des casques fait pour. Tant pis, ce sera pour une autre fois ailleurs.

De retour à l’hostel pour le déjeuner, j’ai l’après-midi pour me reposer. C’est que ça fatigue bien, on s’en rend compte une fois l’activité terminée.
Pour m’occuper un peu, je me lance dans une séance photo avec Homer et quelques nouveaux compagnons sympas rencontrés ici : l’Allemand & 2 Uruguyannes

Tout le monde kiffe Homer !!!

2013/05/PuertoVaras-Ville_13
 
2013/05/PuertoVaras-Ville_12
 
2013/05/PuertoVaras-Ville_11
 
2013/05/PuertoVaras-Ville_10
 
2013/05/PuertoVaras-Ville_09
 
2013/05/PuertoVaras-Ville_08
 
2013/05/PuertoVaras-Ville_07
 

Et puis, c’est l’heure du maté. Je n’en ai pas trop parlé avant il me semble : il s’agit de cette fameuse boisson chaude qui s’apparente à du thé, caractéristique du Chili et surtout de l’Argentine.
J’en ai goûté à quelques reprises. J’ai eu du mal au début mais je commence à bien m’y habituer, c’est agréable 🙂
C’est tout un rituel de préparation et de dégustation : un serveur, chacun boit entièrement la tasse avant de redonner au serveur et passer au suivant, il ne faut jamais toucher la paille, dire « gracias » signifie qu’on en veut plus…
Très technique, le maté est tout un art !

2013/05/PuertoVaras-Ville_06
 
2013/05/PuertoVaras-Ville_05
 

On se prépare un nouveau bon petit plat avant de sortir un peu tester les bars de la ville. J’y gouterai mon 1er pisco sour. Un détail (qui n’intéressera que moi !) : le bar passe en musique de fond « Le vent nous portera ».
C’est surprenant d’entendre ici une chanson française et ça fait du bien !!! Ça rappelle immédiatement son pays, snif !

Programme de demain : une belle balade en vélo autour du lac 🙂

 

Vous voulez en savoir plus ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *