Pages Navigation Menu

Uros, l’île artificielle, et la fête au village sur Amantani

Uros, l’île artificielle, et la fête au village sur Amantani

Allez, aujourd’hui, je quitte le gris et le froid de cette ville étape de Puno que j’ai trouvé peu reluisante, et je vais essayer de retrouver le bleu du ciel et de l’eau sur « mon » grand et majestueux lac Titicaca.
Pour l’instant, en terme de ville/base d’exploration, Copacabana côté Bolivien bât Puno à plat de couture. Et au niveau des îles, l’Isla del Sol m’a laissé un souvenir vraiment merveilleux, la barre est donc assez haute côté Péruvien. Le match est lancé !
Le programme du jour : un arrêt sur les îles flottantes d’Uros puis une visite de l’île Amantani où je dormirai chez l’habitant.
Je suis un peu perplexe et pas forcément d’humeur pour plusieurs raisons : d’une, je déteste ces tours guidés, encadrés et sans trop de liberté. Et de deux, j’ai lu tellement d’avis négatifs sur cette île d’Uros, sorte de piège à touristes, attraction Disneyland, que ça ne me dit rien qui vaille.
Mais encore une fois, dans ce cas, le tour était la solution de facilité pour le même tarif que si je m’y étais pris seul, en faisant gagner du temps.

J’embarque au petit matin sur un bateau et c’est parti pour 2h de navigation vers l’île flottante d’Uros. Une étrangeté car complètement artificielle, minuscule (quelques dizaines de mètre de diamètre) et à base de couches de roseaux superposés.
Il existe plusieurs îles de ce type dans le secteur, celle que l’on visite est évidemment dédiée aux tourisme avec des stands d’artisanat local et des tours en pirogue en bonus. Très curieux à voir mais ça s’arrête là. Ce qui est plus intéressant, c’est de savoir que des familles entières vivent sur d’autres îles similaires, à l’écart des touristes.

On s’y arrête une bonne 1/2h, le temps que certains fassent un tour en bateau typique (pas pour moi). Quelques photos de ce lieu ultra touristique mais néanmoins insolite :

2013/12/IlesUrosAmantani_60
 
2013/12/IlesUrosAmantani_59
 
2013/12/IlesUrosAmantani_58
 
2013/12/IlesUrosAmantani_55
 
2013/12/IlesUrosAmantani_53
 
2013/12/IlesUrosAmantani_52
 
2013/12/IlesUrosAmantani_51
 
2013/12/IlesUrosAmantani_50
 
2013/12/IlesUrosAmantani_49
 
2013/12/IlesUrosAmantani_47
 
2013/12/IlesUrosAmantani_46
 
2013/12/IlesUrosAmantani_45
 
2013/12/IlesUrosAmantani_43
 
2013/12/IlesUrosAmantani_42
 
2013/12/IlesUrosAmantani_41
 
2013/12/IlesUrosAmantani_40
 

On reprend le bateau encore pour une bonne heure direction l’île où nous dormirons ce soir : Amantani. Le tourisme s’y est développé mais d’une façon assez égalitaire, lorsque les agences respectent bien le jeu : plusieurs familles nous accueillent directement au ponton. Chaque touriste passera la journée dans une famille et dormira chez l’habitant. Une rotation hebdomadaire permet à chaque famille d’en profiter, ce qui semble relativement juste.

Dès mon arrivée, je suis donc « affecté » à une famille, un Américain m’accompagnant aussi. Présentation des lieux : une petite ferme simple à quelques minutes de la rive. Nous y arrivons pour le déjeuner qui nous est préparé : un peu de soupe, du riz, du poulet. Du grand classique Andien mais au moins bien local !
Ensuite, tous les touristes sont invités en début d’après-midi pour une excursion sur la principale colline de l’île, pas bien haute, afin de voir le coucher de soleil. Bon, je commence à en avoir vu des collines et des couchers de soleil et du coup, çà me tente moyennement. Et je suis surtout venu plus pour rencontrer des locaux que pour me retrouver à me balader avec d’autres touristes. Je reste donc sur place, surtout que j’avais débuté une activité passionnante avec le père de famille : éplucher des sortes d’haricots. Ça fait bien longtemps que je n’ai pas effectué de tâches manuelles, ça me manque et je préfère 1000 fois partager ce petit moment de vie « banal » (mais qui font souvent de grands souvenirs) à la balade.

Je passe donc quelques heures simples à partager un peu du quotidien de cette famille…en épluchant les haricots 🙂 On arrive à discuter un peu, entre mon Espagnol plus qu’amateur, et eux qui le parlent également un peu, leur langue maternelle étant le quecha.
Oui, car nombre d’entre eux parlent encore la langue antique des Incas, même s’ils apprennent l’Espagnol à l’école. Les racines Inca sont encore bien présentes, dans la langue et la religion, tout n’a pas été complètement balayé par l’invasion Espagnole, et c’est tant mieux.
D’ailleurs, cela amuse assez souvent les locaux lorsqu’ils voient écrit sur certains de mes vêtements « Quecha »….la marque de Decathlon, plus qu’approprié ici 😉

2013/12/IlesUrosAmantani_38
 
2013/12/IlesUrosAmantani_37
 
2013/12/IlesUrosAmantani_36
 
2013/12/IlesUrosAmantani_35
 
2013/12/IlesUrosAmantani_34
 
2013/12/IlesUrosAmantani_33
 
2013/12/IlesUrosAmantani_32
 
2013/12/IlesUrosAmantani_31
 
2013/12/IlesUrosAmantani_30
 
2013/12/IlesUrosAmantani_28
 
2013/12/IlesUrosAmantani_27
 

J’adore ce moment tout simple passé avec eux. Et en ayant un rapport un peu plus proche, cela facilite grandement la prise de quelques portraits. Et pour ne rien gâcher, le coucher du soleil est très joli depuis leur maison. Une bien belle après-midi donc, aucun regret 🙂

2013/12/IlesUrosAmantani_26
 
2013/12/IlesUrosAmantani_25
 
2013/12/IlesUrosAmantani_23
 

Il se fait bientôt l’heure de dîner car ce soir, c’est la fête au village !!! Mais tous les membres de la famille ne dînent pas au même moment, et s’ils nous servent l’Américain et moi, je sens qu’ils restent un peu en retrait, peut-être par pudeur en ne voulant pas se mélanger à nous, les invités.
On aura assez peu d’échanges durant le dîner, un peu dommage…c’est justement ça que je recherchais.
Je fais quand même connaissance avec le beau-fils dont le boulot, même en soirée, est de confectionner des gilets de sauvetage pour une compagnie maritime du lac. Un travail de longue haleine, plusieurs heures ne serait-ce que pour achever un seul gilet :
2013/12/IlesUrosAmantani_22
 
2013/12/IlesUrosAmantani_21
 

Puis, on s’habille pour participer à la « fête au village », youhou !!!! Enfin…une fête organisée spécialement pour les touristes. Je revêt pour cela les habits traditionnels : du poncho et bonnet, je suis couvert de la tête aux pieds, à la mode Péruvienne ! Et Homer aussi désormais puisque la fille confectionne des bonnets de toute petite taille, j’en ai trouvé un très coloré qui va à ravir sur sa petite tête jaune et dégarnie!

Allez, on se rend à la salle commune du village où un petit groupe joue des musiques traditionnelles. Tout le monde est invité à danser, le principe est très simple : à la queue leu-leu, en accélérant régulièrement le rythme.

Ambiance….hum…bon enfant mais distrayante. Très formaté pour les touristes mais les locaux jouent le jeu donc tout le monde est content.

2013/12/IlesUrosAmantani_20
 
2013/12/IlesUrosAmantani_19
 

Les festivités ne dureront pas jusqu’au bout la nuit. Seulement une petite heure (faut dire, s’ils font ça tous les soirs). Ça va me permettre de me coucher tôt et de passer une longue nuit, ce qui n’arrive pas si souvent 🙂

Demain, suite du tour organisé : direction l’île de Taquile pour une courte balade. Let’s see…

 

Vous voulez en savoir plus ?

 

Où cet article a t-il été écrit ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *