Pages Navigation Menu

Ushuaia, le bout du monde

Ushuaia, le bout du monde

Warning: '/wp-content/uploads/2013/03/Ushuaia_45.jpg' image not found in /home/labellea/public_html/wp-content/themes/Aggregate/functions.php on line 417

Warning: '/wp-content/uploads/2013/03/Ushuaia_40.jpg' image not found in /home/labellea/public_html/wp-content/themes/Aggregate/functions.php on line 417

Warning: '/wp-content/uploads/2013/03/Ushuaia_37.jpg' image not found in /home/labellea/public_html/wp-content/themes/Aggregate/functions.php on line 417

Warning: '/wp-content/uploads/2013/03/Ushuaia_35.jpg' image not found in /home/labellea/public_html/wp-content/themes/Aggregate/functions.php on line 417

Warning: '/wp-content/uploads/2013/03/Ushuaia_42.jpg' image not found in /home/labellea/public_html/wp-content/themes/Aggregate/functions.php on line 417

Warning: '/wp-content/uploads/2013/03/Ushuaia_31.jpg' image not found in /home/labellea/public_html/wp-content/themes/Aggregate/functions.php on line 417

Warning: '/wp-content/uploads/2013/03/Ushuaia_23.jpg' image not found in /home/labellea/public_html/wp-content/themes/Aggregate/functions.php on line 417

Warning: '/wp-content/uploads/2013/03/Ushuaia_20.jpg' image not found in /home/labellea/public_html/wp-content/themes/Aggregate/functions.php on line 417

Warning: '/wp-content/uploads/2013/03/Ushuaia_17.jpg' image not found in /home/labellea/public_html/wp-content/themes/Aggregate/functions.php on line 417

Warning: '/wp-content/uploads/2013/03/Ushuaia_13.jpg' image not found in /home/labellea/public_html/wp-content/themes/Aggregate/functions.php on line 417

Warning: '/wp-content/uploads/2013/03/Ushuaia_12.jpg' image not found in /home/labellea/public_html/wp-content/themes/Aggregate/functions.php on line 417

Warning: '/wp-content/uploads/2013/03/Ushuaia_03.jpg' image not found in /home/labellea/public_html/wp-content/themes/Aggregate/functions.php on line 417

3h45 d’avion depuis Buenos Aires pour aller voir « la fin del mundo » : le slogan d’Ushuaia (prononcer « oussouaîa » et non « ouchouaîa »). Mais pourquoi vient-on ici au fait ? Non, ce n’est pas pour participer à la réunion annuelle des fans de Nicolas Hulot. C’est principalement pour être allé dans la ville la plus australe au monde.

 

Eh oui, il n’y pas de ville plus au Sud au monde…même si la question est sujette à débat : le Chili revendique ce statut avec Puerto Williams, situé seulement quelques dizaines de kilomètres au Sud d’Ushuaia. Déjà, il n’y a rien à faire à Puerto Williams, c’est cher de s’y rendre et comme la ville est sur une île, ça ne compte pas pour les Argentins. En même temps, Ushuaia se situe en Terre de Feu qui est elle-même une énorme île, séparée du continent par le détroit de Magellan.

Pour couper court au débat, vu que je suis allé à Ushuaia et non Puerto Williams, on va dire que c’est bien Ushuaia la plus au Sud ! En tout cas, au niveau commercial, ça ne fait aucun doute vu tous les souvenirs qu’on trouve en ville avec le slogan « fin del mundo ».

 

Moi, je me rend à Ushuaia pour 3 raisons : la 1ère comme tout le monde pour être au bout du monde, la 2ème parce que cela marque le point de départ de ma remontée des Andes jusqu’au Pérou, et la 3ème parce que je veux tenter d’obtenir un billet pour l’Antarctique en dernière minute.

Ushuaia est en effet le principal point de départ pour des croisières vers l’Antarctique car la plus proche de ce continent. D’autres croisières sont organisées depuis l’Australie mais sont beaucoup, beaucoup plus longues.

J’ai repéré déjà lors de la préparation de mon périple la date des départs de bateaux. J’arrive ici un mardi et le prochain part dimanche. Cela me laisse 4 jours d’avance. C’était difficile de planifier 6 mois à l’avance combien de jours prévoir pour obtenir ce billet : ni trop tôt pour ne pas s’enterrer ici pour rien, ni trop tard pour ne pas louper cette opportunité.

Le temps de s’installer à l’hostel, sympa mais peu d’espace, je sors me promener aux alentours. Ushuaia est une petite ville dont on vite fait le tour, organisée autour d’une rue très commerçante. L’endroit est extrèmement touristique, les prix sont assez élevés (plus qu’à Buenos Aires). La ville n’a rien d’extraordinaire mais c’est très plaisant de s’y promener par un beau temps, avec ses rues en pentes plongeant sur l’océan, ses montagnes aux alentours et ses maisons colorées.

En plus, nous sommes en été et c’est le royaume des lupins, une fleur que j’adore !

 

Et au détour de quelques rues, je découvre le côté « keke » des Argentins qui font du tuning à base de Peugeot 206 ou 307. Un bon sujet pour un prochain « confessions intimes » ça !

 

Bref, me voilà en quête des agences proposant des billets « last minute for Antarctica » mais malheureusement, elles sont toutes fermées. C’est férié aujourd’hui pour carnaval, elles n’ouvriront qu’en toute en fin de journée. Donc retour à l’hostel pour une séance de lessive (ça devenait assez critique) et repos…
J’ai eu par la réception de l’hostel un contact au téléphone qui m’a annoncé le prix pour la prochaine croisière qui part dimanche : 5200$ (US), gloups !!!!
Je reste carrément sur ma faim, le prix est beaucoup plus élevé que ce que je pensais en « last minute ». Quand je m’étais renseigné il y a quelques mois, les tarifs pour une réservation à cette date tournaient autour de 6000$ et 7000$. C’est horriblement cher mais cette croisière se classe dans la catégorie « luxe » compte tenu de la destination unique.
Je pensais obtenir un billet à 50% de réduction, j’en suis loin.

 

Même constat après avoir fait le tour des 4-5 agences ouvertes ce jour, toutes ont exactement le même tarif imposé par les compagnies maritimes. Pas moyen de vraiment négocier et de plus, il ne reste en fin de journée apparemment plus que 2 places pour le prochain départ.

Il est de toute façon trop tard pour réserver, j’ai la soirée pour cogiter. Je suis venu ici en grande partie pour cette croisière mais j’avais prévu un budget moins élevé et il faut poireauter en plus 4j…
Que faire, attendre voir si le tarif baisse encore au risque de voir la place me passer sous le nez ? La disponibilité annoncée, est-ce de l’info ou intox…?
Si je rate ce départ, cela risque d’être très compliqué de prendre le suivant : soit attendre 7 jours de plus, soit faire un aller-retour à la prochaine étape prévue mais ça veut dire 40h de bus au moins.
Je discute du sujet avec d’autres personnes à l’hostel. Une femme agée scandinave vient d’acheter son billet mais à l’impression de s’être faite avoir. Un français m’annonce qu’il a vu en vitrine une croisière pour moins de 3000$ mais ça me parait louche et me conseille d’attendre encore. Il me raconte l’histoire d’une fille ayant obtenu son billet sur le quai 15 minutes avant le départ pour moins de 1000$. Je n’imagine même pas aller jusque là et la frustration de se voir échapper une place.

Bref, je m’endors un peu indécis sur la suite mais quand même convaincu qu’il ne faut pas louper cette occasion unique même à ce prix. La nuit porte conseil, je compte m’en occuper à la 1ère heure le lendemain, en espérant que ce soit toujours possible.

 

Vous voulez en savoir plus ?

 


 

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *