Pages Navigation Menu

Destination Finale VI : « la route de la mort »

Destination Finale VI : « la route de la mort »

Nous y sommes…le jour décisif, l’instant crucial, le moment de vérité ! J’ai pris avec moi pattes de lapin, fers à cheval, trèfles à 4 feuilles. Bref, tout ce qui pouvait me porter chance car aujourd’hui je risque ma vie sur LA route la plus dangereuse du monde, rien que ça !

Bon OK, j’exagère légèrement, quoique. Quelques explications sur cette sortie à sensations : il s’agit d’une descente en VTT d’environ 60km avec un dénivelé de 3000m depuis un plateau près de La Paz (“La Cumbre”) sur une route ayant connue déjà bon nombre d’accidents mortels, d’où sa qualification de “Route de la Mort”.

Elle est réellement recensée comme étant la route la plus dangereuse au monde avec en moyenne une sortie de piste (=fatale forcément) toutes les 2 semaines. Si c’était en France, ça ferait tout de suite très tâche dans les stats de la sécurité routières. Bon, ça c’était surtout du temps où elle était encore ouverte à la circulation. Quand on sait qu’il n’y a la place que pour un seul véhicule large, on imagine bien les manœuvres assez délicates pour se croiser.

Aujourd’hui, une 2ème route a été construite, qu’empruntent majoritairement les véhicules. L’antique Route de la Mort est encore partiellement utilisée par des camions à certaines heures de la journée, mais surtout par les VTTistes. Le nombre d’accidents a donc fortement chuté. Mais ne parlons pas de chute, ça pourrait porter malheur.

Nous avons réservé ce tour hier à LaPaz dans une agence qui avait bonne réputation (il faut rester prudent sur le matériel loué). On est tous de la partie, même Julien super motivé qui est revenu seulement hier après-midi du Huana Potosi, pas mal !

Encore une fois, c’est un réveil assez matinal qui nous attend puisque nous avons rendez-vous à l’agence à 6h, pour être au col de La Cumbre, le point de départ du circuit, vers 8h.

2014/01/VTT-DeathRoad_75
 
2014/01/VTT-DeathRoad_73
 

Après une fin de nuit dans le minibus, on est prêts à 8h comme prévu à La Cumbre. Et à 8h et 4000m d’altitude, je peux dire qu’il fait frisquet ! On reste donc assez couverts même si on devrait rapidement retirer des couches à mesure qu’on descend dans la jungle.

On s’équipe comme il faut, quelques tests du vélo sur du plat :

2014/01/VTT-DeathRoad_72
 
2014/01/VTT-DeathRoad_70
 
2014/01/VTT-DeathRoad_69
 
2014/01/VTT-DeathRoad_68
 
2014/01/VTT-DeathRoad_67
 
2014/01/VTT-DeathRoad_66
 
2014/01/VTT-DeathRoad_65
 
2014/01/VTT-DeathRoad_64
 
2014/01/VTT-DeathRoad_63
 
2014/01/VTT-DeathRoad_62
 
2014/01/VTT-DeathRoad_60
 
2014/01/VTT-DeathRoad_59
 
2014/01/VTT-DeathRoad_58
 
2014/01/VTT-DeathRoad_57
 
2014/01/VTT-DeathRoad_56
 
2014/01/VTT-DeathRoad_55
 
2014/01/VTT-DeathRoad_54
 
2014/01/VTT-DeathRoad_53
 
2014/01/VTT-DeathRoad_52
 

Et c’est parti pour cette descente vertigineuse :-)

Encore une fois, impossible de prendre des photos pendant la descente avec mon reflex (les photos qui suivent ont été prises par le moniteur).

Ma chère Gopro me sera fortement utile, accrochée sur le casque pour une immersion totale (je préviens, comme pour le sandboard, il y en a un petit paquet !)

La 1ère partie se passe sur une route bitumée, en légère pente. Juste assez pour prendre un peu de vitesse naturellement et admirer la vallée et ce brouillard dense qui nous attend au loin :

2014/01/VTT-DeathRoad_51
 
2014/01/VTT-DeathRoad_50
 
2014/01/VTT-DeathRoad_49
 
2014/01/VTT-DeathRoad_48
 
2014/01/VTT-DeathRoad_47
 
2014/01/VTT-DeathRoad_40
 
2014/01/VTT-DeathRoad_36
 
2014/01/VTT-DeathRoad_35
 
2014/01/VTT-DeathRoad_34
 
2014/01/VTT-DeathRoad_33
 
2014/01/VTT-DeathRoad_32
 
2014/01/VTT-DeathRoad_30
 

On reprend ensuite un minibus pur quelques minutes pour nous éviter une légère remontée et surtout un passage dans un tunnel. Et là, on rentre dans le vif du sujet avec cette incroyable route/piste qui serpente à flanc de montagne.

Encore une fois un paysage superbe !

2014/01/VTT-DeathRoad_29
 
2014/01/VTT-DeathRoad_28
 
2014/01/VTT-DeathRoad_26
 
2014/01/VTT-DeathRoad_27
 
2014/01/VTT-DeathRoad_24
 
2014/01/VTT-DeathRoad_23
 
2014/01/VTT-DeathRoad_22
 
2014/01/VTT-DeathRoad_21
 
2014/01/VTT-DeathRoad_20
 

Après quelques kilomètres avalés sans mal (heureusement, ce n’est que de la descente !), une petite pause au bord de la route pour bien admirer ce précipice vertigineux

2014/01/VTT-DeathRoad_19
 
2014/01/VTT-DeathRoad_16
 
2014/01/VTT-DeathRoad_10
 
2014/01/VTT-DeathRoad_09
 
2014/01/VTT-DeathRoad_08
 
2014/01/VTT-DeathRoad_07
 
2014/01/VTT-DeathRoad_06
 

Et aussi voir comment ce camion va réussir à se démettre d’un passage très étroit pour lui. Même la passagère n’est pas rassurée par son mari au volant et préfère descendre.

C’est là où je me dis que lorsque 2 camions devaient se croiser à la grande époque, une petite prière avant de manœuvrer pouvait s’avérer utile.

 

Et on ne manquera pas la photo classique de groupe au bord du ravin. Ça fait toujours son petit effet !

2014/01/VTT-DeathRoad_05
 
2014/01/VTT-DeathRoad_04
 

Contrairement aux gros véhicules, nous avons largement la place à vélo et il n’y a pas de passages délicats ou dangereux. C’est plutôt une très belle balade sans vraiment de stress ou de risque

Et après quelques kilomètres, la confiance s’installant, on peut rouler un peu plus vite.

Après 3h, une petite pause déjeuner ne fait pas de mal. Surtout que s’il faisait vraiment froid au sommet à 4000m, on a désormais bien chaud au cœur de la jungle. Et nous n’avons pas fini de descendre dans la vallée.

Il nous reste une dernière portion sur cette route avant une ultime pause :

2014/01/VTT-DeathRoad_03
 
2014/01/VTT-DeathRoad_02
 

Suite et fin du parcours : cette dernière partie se déroule sur une piste plus étroite, pas mal de virages en épingles mais pas de vide à proximité. La cadence s’accélère ! Julien suit de près le moniteur et moi, je suis en 3ème position un peu derrière.

Les filles ferment le peloton (l’une d’entre elle dont je tairai le nom aura largement le temps d’admirer le paysage avec son allure tranquille ;-) )

 

Et voilà, la route de la mort, j’y ai survécu !!! (c’est d’ailleurs le slogan général sur les T-shirts qui sont remis aux participants). Très heureux d’avoir fait cette activité à laquelle j’avais pensé lors de la préparation du voyage.

A l’époque, j’étais un peu hésitant sur la dangerosité de cette sortie, et aussi par des retours d’expérience de voyageurs sur Inernet qui s’étaient quelques belles frayeurs.

Au final, c’était beaucoup moins effrayant que ce à quoi je m’attendais et sans réel danger (il faut simplement rouler à son allure et rester prudent, c’est tout).

Le paysage que l’on traverse n’en reste pas moins extraordinaire. Et passer du froid glacial à 4000m à la chaleur moite de la jungle à 1200m en 4h reste assez exceptionnel !

Maintenant, la petite récompense : une bonne douche et se prélasser rapidement d’une piscine dans le restaurant où toutes les agences finissent la sortie.

 

Et la suite ? Très souvent, les participants remontent en minibus à La Paz, en 3h et par la nouvelle route. Mais pour nous 5, nous continuons sur notre lancée : nous nous rendons dans un village qui semble un petit havre de paix à quelques kilomètres de là : Coroico. On va y rester 1 ou 2 jours avant de poursuivre sur la même route pour nous rendre dans la jungle Bolivienne.

 

Vous voulez en savoir plus ?

 

Où cet article a t-il été écrit ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *